Eric Girot sur TRM 24 « Notre mission : assurer la mobilité des véhicules de première nécessité »

barre

Interview de Eric Girot, Directeur Général AAG France

Article publié le 06 avril 2020 – TRM24

Alliance Automotive Group (G-Truck / Top Truck, Todd, MP Truck) est confronté aux répercussions de la crise sanitaire et économique qui secoue de plein fouet le marché de la distribution de pièces pour automobiles et véhicules industriels. Son Directeur Général France, Eric Girot, (photo) a bien voulu répondre aux questions de TRM24. Il rappelle que la priorité absolue est de protéger son personnel et d’assurer la mobilité des véhicules de première nécessité : Les véhicules d’urgence (ambulances, pompiers, police, gendarmerie, armée …), et les véhicules indispensables aux fonctions vitales du pays (entretien des réseaux électriques, d’eau et de gaz, transports de médicaments et de denrées alimentaires, bennes à ordure ménagères …). Le groupe de distribution indépendante de pièces détachées a dû réorganiser en un temps record son réseau d’ateliers poids lourds pour répondre aux besoins de ses clients en mettant en place un plan « Solidarité & Mobilité. » A ce jour, 109 ateliers poids lourds sur les 237 sites sont ouverts et une base de 234 distributeurs poids lourds est proposée par le groupe.

TRM24 : Comment vous êtes-vous organisés à l’annonce du confinement et des restrictions sanitaires professionnelles ?

Eric Girot : « Quand l’annonce a été faite le lundi soir (16 mars), nous avons pris des mesures radicales et rapides en fermant l’ensemble de nos magasins pour assurer une protection entière à nos salariés et clients. En à peine deux jours, nous avons pu redéployer nos équipes et nous avons mis en place une hotline pour offrir une solution de dépannage, pièces et réparations, aux véhicules de première nécessité. L’objectif est d’être à l’écoute de nos clients afin d’assurer le fonctionnement de ces véhicules qui alimentent les grandes surfaces, les pharmacies mais aussi les véhicules de la Poste, des pompiers et des armées. Durant les 15 premiers jours de confinement, 1 100 produits ont été expédiés pour débloquer des véhicules comme ceux du SAMU. Nous avons apporté assistance en pièces aussi pour des véhicules de transport d’Air Liquide bloqués à Nantes. Notre hotline avec le numéro 09 69 32 70 72, ouverte de 8 heures à 19 heures du vendredi au samedi, reçoit actuellement près de 1 000 appels par jour. »

TRM24 : Comment avez-vous redéployé vos équipes et vos services ?

Eric Girot : « Nous avons redimensionné notre dispositif local avec une présence minimum sur un grand nombre de nos sites poids lourds. Soit le site est d’astreinte et peut ouvrir pour dépanner soit il y a une permanence d’une à deux personnes pour éviter au maximum le contact physique. Protéger notre personnel est notre priorité absolue. L’idée est de trouver une solution de dépannage à nos clients même pour ceux qui ont des véhicules légers comme les médecins et les infirmières. Beaucoup de nos clients qui ont des ateliers intégrés ont la même stratégie que nous. Nous sommes capables de leur fournir des pièces pour qu’ils puissent intervenir sur leurs véhicules. Dans cet esprit, le groupe TODD a ouvert pour le groupe Fraikin, acteur de la mobilité pendant cette période de confinement, deux ateliers pour réparer les véhicules de son parc.

TRM24 : Avec la fermeture de nombreuses usines, subissez-vous un manque de pièces ?

Eric Girot : « En réalité, nous avons surstocké en amont. Certes, nous n’avions pas prévu une crise de cette ampleur mais nous avions prévu que des fournisseurs soient en rupture de stock. Depuis fin décembre, le virus avait déjà touché la Chine et avec le nouvel an chinois, nous avons anticipé et les plates-formes étaient déjà alimentées. Il n’y a donc aucune rupture et en particulier de pièces de freinage par exemple.

TRM24 : Comment préparez-vous la reprise même si la date est pour l’heure inconnue ?

Eric Girot : « Nous travaillons sur plusieurs scénarios de reprise possibles. Mais il reste encore beaucoup d’interrogations : quand, à quel rythme et dans quelles conditions va s’effectuer le déconfinement ? Comment reprendre notre activité tout en maintenant la sécurité de nos équipes ? Nous pouvons imaginer une reprise dynamique car nous aurons accumulé un retard de maintenance tant en véhicules de transport de marchandises de seconde nécessité qu’en véhicules de personnes. D’une façon générale, les plans d’entretien de nos clients ont été reportés mais devront être réalisés. L’entretien des véhicules légers et industriels sera donc important. A titre d’exemple, au niveau des grands comptes, nous nous sommes mis d’accord avec Enedis pour reprendre l’entretien de leurs véhicules une fois que nos effectifs seront au complet dans nos ateliers. Enfin, en période de tension économique, un certain nombre d’acteurs vont vouloir décaler le remplacement de leurs véhicules et l’après-vente pourrait en profiter. Enfin je voudrais remercier toutes nos équipes qui œuvrent au quotidien pour préparer les commandes, réparer les véhicules de première nécessité et tous ceux qui sont en télétravail. »

Propos recueillis par Hervé Rébillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *